Messageries Maritimes Congres International de Geographie

litho - Anonyme , 75 cm x 106 cm , condition : A, prix : 500€-1000€,
- Aide sur Paypal

Service hebdomadaire de Marseille à Alexandrie». Congrès international de géographie. Le Caire-avril 1925. Imp. Françaises Réunies, Paris. L'Egypte Le Soudan Le Haut Nil

Le Congrès international de géographie du Caire
Le Congrès du Caire se tint en avril 1925, à l'initiative du roi Fouad (1 868-1 936) : «A
l'occasion du prochain cinquan tième anniversaire de la Société royale de géographie
d'Égypte, fondée en 1875 par Notre illustre Père le Khédive Ismaïl, il Nous a plu de
commémorer cet événement en invitant le XP Congrès international de géographie et
d'ethnologie à tenir ses assises au Caire en 1925 M (Congrès, 1925 : 2). Les invitations
adressées à cette occasion allèrent à la fois aux sociétés savantes et aux gouvernements.
Une correspondance particulière eut lieu avec l'Italie qui avait organisé, à Rome,
le dernier Congrès international de géographie. Lors de la séance du 10 juin 1922, ia
Commission exécutive du Congrès de Rome décida de transmettre à la Commission
égyptienne tout pouvoir concernant l'organisation du congrès à venir. L'Égypte dut adhé
rer à l'Union géographique internationale nouvellement créée et sous le patronage de
laquelle devait se tenir les prochains congrès. Le président de cette union était alors le
prince Bonaparte, membre de l'Institut de France, ce fut ensuite le général italien Nicola
Vacchielli.
Le Congrès reçut 29 délégations dont 18 comprenaient une délégation gouvernementale,
conduite par un savant ou par un diplomate. II y eut des dîners off iciels et des
excursions. L'une des sessions du Congrès se tint à Alexandrie. Des livres et des cartes
furent offerts à la Société royale de géographie du Caire. Le roi remit des décorations
aux participants. Le général Nicola Vacchielli reçut le Grand Cordon de l'Ordre du Nil,
Adolphe Cattaui bey (alors secrétaire général de la Société de géographie du Caire) fut
fait grand off icier du même ordre ainsi que Paul Pelliot, président de la délégation française.
Nous disposons du texte des principaux discours prononcés lors des circonstances
protocolaires du Congrès. Ils mêlent souci savant et préoccupations politiques
(reconnaissance diplomatique, fierté nationale, éloge de la modernisation).